SLIDER

ETSY SHOP

Enfin diplômée - Officiellement Infographiste en Multimédia




Ma formation est terminée, mon titre est validé, je vais enfin pouvoir reprendre mon blog en mains et je commence aujourd'hui avec un article pour vous raconter comment s'est déroulée ma journée d'examens, et ce que je prévois de faire par la suite... J'espère que vous ne trouverez par ce post trop long ^^' ! 




Le 5 octobre 2015, j’intégrai la formation WebDesign – Infographiste en Multimédia proposée par B.G.E Sud-Ouest, délivrant un titre professionnel de niveau trois, c’est-à-dire l’équivalent d’un diplôme BTS.



Durant cette année de formation, j’ai eu différents cours en rapport avec le webdesign comme (bien que la majeure partie fût survolée et pas forcement approfondie) :
L’intégration et le développement (HTML5, CSS3, JavaScript, jQuery, PHP) mais aussi le CMS WordPress et la création de thèmes.

La conception graphique (les règles fondamentales, savoir analyser les messages à faire passer, les règles typographiques, maîtriser l’ergonomie). Les logiciels de création (Photoshop, Illustrator) sachant que de mon côté en autodidacte, j’ai appris à me servir d’InDesign (qui permet de faire de la mise en pages de documents complexes tels que des books ou magazines pour l’impression) et de Première pro (qui lui permet de réaliser des montages vidéos puissants à l’aide d’AfterEffects notamment).



Tout au long de cette année, j’ai travaillé sur différents projets d’intégration afin d’apprendre et de développer de nouvelles compétences. Pour cela, un espace dédié sur un serveur m’a été prêté afin que je puisse y afficher mes réalisations qu’elles soient graphiques ou non. J’avais commencé par faire l’intégration HTML5 et CSS3 de mon espace pour le rendre attractif et ergonomique (tant bien que mal puisque aujourd’hui, je me rends compte qu’il ne l’est pas).

Puis par la suite, j’ai créé un site de one page puis un autre avec un design différent, et enfin est venu le temps d’apprendre à créer un thème WordPress. J’ai donc téléchargé et installé le logiciel en allant sur le site de WordPress.org (et non pas le « .com » qui n’est qu’une solution commerciale clés en mains et dans tous les cas payante).

Une fois le compte activé, je n’avais plus qu’à intégrer mon thème, le développer et le dynamiser avec du PHP (c’est-à-dire que lorsque vous codez un site en dur avec simplement une structure HTML et du CSS.. Si vous avez une vingtaine de pages… les modifications ou les ajouts d’éléments peuvent vite devenir fastidieux et pénibles. Tandis qu’avec la dynamisation du PHP (HyperText Preprocessor) vous aurez la possibilité de modifier ou de rajouter des éléments très simplement via le back-office de WordPress, et donc sans devoir bidouiller vôtre code chaque fois. Pratique n’est-ce pas ? :)



Pour m’assurer de mon choix de métier, un stage de six semaines devait être effectué de préférence en agence de communication (avec encore de préférence un développeur, un webdesigner, un graphiste…). Sachant que dans ce domaine les stages sont très prisés, j’ai eu l’idée de créer un compte twitter professionnel afin d’espérer trouver rapidement et ne pas stresser de ne pas en avoir. Au bout de quelques jours, je reçois un message d’une agence situé près d’Albi m’expliquant qu’ils seraient susceptibles de prendre une personne en stage. Autant vous dire que je n’ai pas rechigné et que j’ai accepté de rencontrer quelques jours après la responsable de l’agence.

Après trois rendez-vous, mes conventions sont signées. Pendant six semaines, je me suis rendue sur le lieu de Co-Working, là où se trouvait mon bureau. Je me suis vite intégrée dans cet espace et dans l’équipe qui était composée de deux entreprises. Ce stage m’a beaucoup appris en terme de relations humaines et d’empathie mais aussi en webdesign et graphisme. Ce stage fut le meilleur tout simplement.



Pour apprendre l’intégration que ce soit le langage HTML, CSS, JavaScript, PHP etc… Il faut une bonne méthodologie, une bonne organisation et surtout une bonne logique. Il faut savoir chercher les solutions aux problèmes qui nous bloquent (Google sera vôtre meilleur ami et vous avez également de bons groupes sur facebook comme par exemple la communauté LemonCake). Si vous avez un problème sachez que vous trouverez rarement des solutions toutes cuites. Il faudra soit apporter des modifications soit réfléchir d’avantage aux pistes qui vous auront été données (à moins d’avoir un très bon ami qui prendra le temps de vous aider si vous êtes vraiment coincé au point de ne plus pouvoir avancer).

Si vous avez des formateurs à vos côtés, profitez-en et questionnez-les, demandez-leur de l’aide. Ils sont là pour ça (ce qui est logique puisque c’est leur boulot d’être présents pour vous, sauf la nuit et le week-end… Il ne faut pas pousser mémé dans les orties) et de vous éclairer le plus clairement possible…). Pour ma part, les recherches de réponses, de solutions sur le web m’ont beaucoup aidé lors de blocages car dites-vous bien que : le bidouillage et le « pataugeage » sont les meilleurs apprentissages. En gros : plus on galère pour trouver LA solution, mieux on s’en souvient. Donc inutile de vous dire que l’appel à un ami pour vous faire le taff, ce sera un échec pour vous par la suite.

Ceci vaut pour le graphisme également. Fouillez, fouinez, cherchez, faites des tutos et vous deviendrez de bons autodidactes. (Oui vous pouvez être en formation et faire des tutos en plus de vos exercices, ce n’est pas interdit ;) ! Pour ce qui s’agit de mes révisions, je m’y suis prise à l’avance (et c’est ce que je vous conseil grandement de faire). En plus d’avoir bien compris vos cours (c’est important de comprendre les cours et important d’apprendre les techniques, pas l’inverse, on ne vous demandera jamais de réciter par cœur vos cours mais de les comprendre). J’ai commencé les révisions lorsque j’étais en période de stage.

Je relisais les cours de mes formateurs, je m’entrainai en intégration, je réalisai des animations avec Flash (bien que cela soit obsolète, il faut se dire que ça peut toujours servir), des tutos pour m’améliorer avec le dessin vectoriel sur Illustrator … J’ai révisé tout en remplissant mon portfolio afin d’avoir assez de réalisations à présenter au jury pour prouver mes compétences lors de l’examen. Le dernier jour avant de passer mes examens, j’ai tout stoppé. C’est-à-dire : plus de révisions, pas d’ordinateur, pas trop de téléphone ni de réseaux sociaux ( je saiiiiiis c’est pas facile … ) et balades (vides grenier / foire à tout, voir des amis(es), voir de la famille, manger au restaurant)… Bref il faut vous relaxer et ne pas passer ce jour devant l’écran au risque de ne pas vous calmer et donc d’être encore plus stresser avant le jour J ! Vraiment c’est important. Révisez avant, relaxez-vous avant et passez vôtre examen moins stressés et plus sereins.

Autre point important que j’allais oublié de préciser : si vous devez passer un oral, surtout entrainez-vous ! Plus vous allez vous entrainer à l’oral, plus vous gagnerez en confiance et vous saurez quoi dire. Il faut savoir réfléchir avant en s’entrainant pour ne pas avoir à réfléchir à vos réponses ou à ce que vous direz pendant l’oral. Les explications et réponses doivent être fluides. Mon premier entrainement a été catastrophique (ma tête est devenue vide au point de ne me souvenir de rien et je suis partie me cacher dans les toilettes pour pleurer et râler contre moi-même) … Cela m’a donné un coup de fouet pour prendre les choses en mains (fiches mémos sur mes travaux, fiche d’intro…).



C’était hier. Le lundi 13 juin 2016 que j’ai passé mes épreuves. Je peux donc vous en parler à chaud. Pour vous raconter ma journée, je me suis levée à 5h30 et suis arrivée à Toulouse à 8h10 environ. Joie de retrouver les collègues que je n’avais pas vu depuis six semaines. Nous essayons de ne pas trop stresser avant la première épreuve. Dans une salle, rempli d’ordinateurs portables, nous rentrons un par un, vérification de l’identité, signature et tirage au sort du sujet… J’ai tiré le sujet A.



Je découvre que celui-ci est un site web intégré sous forme de tableaux (comme pour les newsletter tranchées sur photoshop) et que le but de l’épreuve est de le codé en HTML5 et CSS3 en tenant compte du référencement.

Ma réflexion me pousse à commencer par coder la structure HTML du site. Je prends soins de ne pas oublier les balises pour la description du site, les mots clés, le viewport (pour l’affichage sur téléphone portable) et les propriétés OG (OpenGraph Tool). Une fois cela fait, je m’attaque au CSS et j’entends qu’il ne reste qu’une heure … puis une demi-heure … je commence à paniquer, je sens le stress monter, je suis perturbée à ne penser qu’au temps et je m’en mélange les pinceaux, je ne sais plus si je dois appliquer un float ou un display, si je dois mettre des margin (marges extérieures) ou des padding (marges intérieures) … ma tête fait blocage. L’épreuve est terminée et je suis assez déçue de moi, même si je savais que cette épreuve n’a jamais été terminée jusqu’au bout … !

Vient l’heure de manger et de tenter de me calmer avant l’oral qui débutera à 14h30 pour moi.



C’est à moi, c’est à moi. Panique. Je commence à mal respirer et à trembler. Je tente de me calmer. J’installe mes affaires et prépare l’ordinateur relié à un rétroprojecteur. Le jury composé de deux personnes (un développeur web et une graphiste textile) m’expliquent ce qu’ils auront besoin de voir afin de juger si les différents points des 3 CCP peuvent être validés. Je commence par présenter mon thème crée sous WordPress.

J’en arrive au portfolio en expliquant que j’ai trié mes travaux en trois catégories qui sont : les animations / le webdesign et le graphisme. J’enchaine les présentations de mes réalisations en commençant par expliquer pourquoi cela a été fait, puis comment (avec quels outils, quels logiciels, quelles ressources) et enfin je justifie mes choix graphiques et techniques.

Je pense avoir tellement parlé pendant une heure que je leur ai à peine laissé le temps de me poser des questions. Ils m’en ont quand même posées quelques-unes auxquelles j’ai répondu spontanément et sans réfléchir. L’oral est terminé, je sors de la salle et j’attends que la délibération se fasse …

Je trouve le temps long et j’ai peur.



Après de longues minutes d’attente qui m’ont paru interminables, j’entends qu’on m’appelle. Je rentre dans la salle. J’ai l’impression que mon corps est présent mais que mon esprit ne l’est pas. Je me souviens avoir entendu : c’est bon, vous avez vôtre titre. Je n’en reviens pas, et suis rattrapé follement par la réalité au point de faire éclater de gros sanglots de joie.

Je pleure et je pleure en arrivant à expliquer que je suis tellement contente, que c’est un peu comme mon premier diplôme et puis l’envie de les embrasser pour les remercier me prends, alors forcement, ils sont émus. J’entends que l’on m’explique que j’ai validé mon titre car ce que je fais est « joli » et bien exécuté mais que je dois d’avantage créer et éviter de télécharger trop de ressources mêmes gratuites.

On me félicite également sur mon honnêteté, (vous auriez pu nous mentir mademoiselle en nous disant que c’était vous qui aviez tout fait mais vous avez été honnête avec nous et on trouve cela très bien). On me dit également que plus tard je pourrais devenir chef de projet multimédia sans problèmes et que je saurai / pourrai diriger une équipe.

Je me demande vraiment s’ils parlent de moi ou bien d’une autre moi cachée je ne sais où … Je n’en reviens pas de tous ces compliments … ! Je me calme, je respire et viens le moment d’annoncer la nouvelle à mes proches.



Je ne me rends pas compte que je viens d’obtenir un niveau, un titre professionnel dans le domaine qui me passionne. Je n’en reviens pas d’avoir réussis. Je n’en reviens pas tout simplement. Après tant d’années d’incertitudes sur ce que j’allais faire comme métier plus tard, quoi faire, comment faire, rien ne me plaisais, j’étais une paumée.

Déscolarisée vers mes 17 ans, l’accès au lycée général refusé et donc par la même occasion : le BAC. On m’aurait dit : tu sais quoi ? dans quelques années tu seras diplômée et tu travaillera dans un domaine qui te passionne… je crois que j’aurai répondu : c’est une blague.

Relire mon article : Savoir avancer sans le BAC



J’envisage une nouvelle formation diplômante organisée par OpenClassRoom qui est un parcours : Chef de projet multimédia option digital marketing. Celle-ci me permettrai d’obtenir des connaissances en marketing, en stratégie de communication, en e-mailing et autres mais surtout d’avoir un niveau licence (BAC + 3) et d’avoir le statu de chef de projet web / digital marketing. En stage j’ai appris qu’un projet web est au service d’une stratégie, s’il me manque ces connaissances, je me vois assez mal plus tard, avoir mon entreprise et diriger une équipe. 

Pour le blog, j'envisage de le faire migrer vers WordPress. J'hésite encore à le faire changer de nom ou de garder DearJoy... Pour ce qui est de mon site professionnel, je vais prendre le temps d'y réfléchir cet été, mais je sais d'ores et déjà qu'il sera sous WP.



Je vais conclure cet article, que dis-je ce pavé de 3km de mots, pour vous dire et vous prouver que peut importe vôtre parcours scolaire, (je sais ce que c'est d'avoir un parcours scolaire atypique) dans la vie si vous souhaitez vous en sortir, vous finirez par y arriver. Et que même si après de longues études vous n’aimez pas vôtre travail et bien, prenez le temps de vous recentrer sur vous-même, faites un brainstorming de ce qui vous passionne, de ce vous aimez faire dans la vie et essayez de trouver un but à franchir. Reprenez des études, faites un road-trip, bref.

Je compte sur vous pour travailler dans le domaine qui vous plait / vous passionne.

5 commentaires

  1. Je n'ai qu'un mot à dire : FELICITATIONS !
    Tu peux être très très fière de toi

    RépondreSupprimer
  2. Hey !
    Ton article est très intéressant et félicitations pour ton diplôme :D ! Je te comprend bien sur ce point, j'ai moi aussi eu un parcours très atypique et l'année prochaine je passe mon BTS en design graphique, je suivrai les conseils que tu as donnés !
    Bonne route pour la suite :)

    RépondreSupprimer
  3. bravo pour ton diplôme
    tu peut être fiére de toi
    gros bisous

    RépondreSupprimer
  4. Encore félicitation pour ton diplôme, je suis contente pour toi !
    Céline m'a parlé de ton premier oral (puisque je lui parlais du fait que je suis stressée), mais elle m'a dit que du coup elle était contente que ça ai pu t'aider !
    Je te souhaite de réussir tout ce que tu veux pour la suite ♡
    Pleins de bisous

    RépondreSupprimer
  5. Congratulations! Now you end your school life and your new life starts.

    RépondreSupprimer


© Dearjoy - blog lifestyle
Blueberrydesigns wi(d)th love

mentions légales

contenu crée par moi-même, sauf mention contraire. merci de ne pas prendre ou recopier mes idées ainsi que mes textes et/ou mes photos.

Je fais partie du mouvement " HONEST BLOG - blog transparent sur les billets sponsorisés ".
© Dearjoy - blog lifestyle
with love